Commission Affaires sociales: prise en charge des détenus

Ce matin, audition de Madame Adeline Hazan, Contrôleure générale des lieux de privation de liberté.

Mon intervention a porté sur les conditions de vie des détenus et des personnels des établissements pénitentiaires.
2018 a été marqué par un mouvement social de grande ampleur dans les établissements pénitentiaires, dénonçant la saturation générale des capacités au sein de ces derniers.
Au niveau national, c’est un constat d’échec sur la lutte contre la surpopulation carcérale en dépit des annonces ayant été faites .
Au 1er décembre 2018, il y avait 71 000 détenus dans nos prisons, chiffre record !
Depuis 20 ans l’inflation carcérale est une fatalité à tel point que la prison n’est plus à même de remplir ses missions de réinsertion. L’enfermement peut-être synonyme de déshumanisation et d’atteinte à la dignité et à l’intégrité physique et ou mentale et en même temps, les établissements pénitentiaires ne disposent pas de la ressource médicale suffisante .
Le Gouvernement a annoncé la construction de 15 000 places supplémentaires, est-ce la solution ?
Ne serait-il pas plus judicieux d’accroitre les moyens financiers et humains pour les établissements existants pour améliorer une meilleure prise en charge des détenus ?