Elections européennes

Comment cacher sa déception et sa tristesse après le résultat du scrutin de ce 26 mai ?
La victoire du parti de Marine Le Pen est une mauvaise chose pour notre pays. La France ne tirera aucun avantage de la présence d’élus d’extrême-droite au Parlement européen. Au contraire, elle sort isolée et diminuée de cette élection.

En dépit d’une campagne courageuse et digne de la liste les Républicains menée par François-Xavier BellamyAgnès Evren et Arnaud Danjean qui ont exposé un projet européen ambitieux et réaliste, force est de regretter que nous n’avons pas su convaincre nos concitoyens. Ceux-ci n’ont pas vu en elle une alternative au duel imposé par les médias entre le Rassemblement national et la République en Marche.

Une majorité de Françaises et de Français qui habituellement adhèrent aux valeurs de droite et du centre, ont préféré se réfugier dans l’abstention.

Il serait déplacé d’incriminer tel ou tel en lui imputant la responsabilité de la défaite. Je ne participerai pas à cette dérive qui n’aboutirait qu’à diviser ma famille politique, laquelle a plus que jamais l’impérieux devoir de se rassembler autour d’idées et de fuir toutes querelles de personnes. C’est à cette seule condition que nous pourrons devenir de nouveau crédibles auprès de nos compatriotes et préparer l’alternance après nos récentes et cuisantes déconvenues électorales.

Face aux résultats de ces élections européennes, il est urgent de réagir, nous ne pouvons accepter que cette représentation de notre pays au sein du parlement européen ne préfigure celle qui composera demain l’Assemblée Nationale. 
J’espère sincèrement que celles et ceux qui défendent les idées républicaines continueront dans ce sens et convaincront autour d’eux ; je souhaite remercier ici toutes les personnes qui se sont investies une nouvelle fois à nos côtés pendant la campagne. Nous pouvons encore faire changer les choses en France; je veux le croire et je continuerai de défendre les valeurs des Républicains, les valeurs de la France au travers ma mission de parlementaire pour laquelle vous m’avez fait confiance.