Intervention 16/06/2020, Commission d’enquête Covid-19

Je suis très heureuse de faire partir des 6 députés choisis par le groupe les Républicains pour participer à la commission d’enquête COVID-19 ; celle ci a débuté le 16 juin 2020 à l’Assemblée nationale avec l’audition de Jérôme Salomon, Directeur général de la santé.

« M. Salomon en 2016 alors que vous étiez conseiller santé d’Emmanuel Macron, vous écriviez dans une note qui lui était destinée que « La France n était pas prête « pour affronter une catastrophe qu’elle soit terroriste, sanitaire, climatique. Vous prenez vos fonctions comme directeur général de la santé en janvier 2018, qu’avez vous fait concrètement pour palier cette situation d’impréparation face aux épidémies notamment en terme de moyens matériels?”.

« En moins de trois ans, la quasi totalité des stocks de masques l’Etat a été divisée par six. Pourquoi la majorité des 616 millions de masques chirurgicaux que possédait l’État a ainsi été détruit entre 2017 et 2019 alors qu’ils ne portaient pas de date de péremption et que nos stocks étaient très en deçà de nos besoins? »

« Pourriez-vous me confirmer que la Direction générale de l’armement et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ont bien été saisis dans l’urgence par le ministère de la Santé afin d’évaluer la fiabilité des masques épargnés par l’incinération et que les test réalisés ont prouvé qu’ils étaient tout à fait utilisables ?

« Alors que plus de 600 millions de masques ont été détruits entre 2017 et 2019, comment expliquez-vous que vous ayez seulement recommandé 100 millions de masques en 2019 ? Vous venez d’évoquer votre souhait de soutenir la production de masques en France ; je partage vos dires mais je suis très perplexe par rapport au manque de stratégie impressionnant ; en 2018, vous abandonniez la dernière entreprise productrice de masques en France PLAINTEL dans les côtes d Armor; entreprise de 200 salariés qui a dû fermer ses portes en 2018 par manque de commandes ; avait été évoqué à l’époque le prix des masques trop élevé . Pouvez-vous me dire Monsieur le directeur général quel a été le prix des masques que vous avez achetés en Chine , non pas le prix d’achat des masques mais le prix de revient compte tenu qu’il faut ajouter le prix des ponts aériens d un coût exorbitant ?”

« Comment expliquez-vous que certains professionnels de santé kinésithérapeutes, SSIAD mais aussi aides à domicile, personnels des EHPAD, ne figuraient pas sur les liste des officines pour leur approvisionnement en masques et comment expliquez-vous, qu’en tant que pharmacien, nous étions interdits de vendre des masques alors qu’un grand nombre d’entre nous en possédait et que des personnes très vulnérables en avaient grand besoin ?”.

« M. Salomon, vous justifiez l’interdiction de vente de l’hydroxychloroquine au motif que celle-ci était en vente libre et qu’il y avait un risque qu’elle soit utilisée trop largement en automédication par nos concitoyens à titre préventif ou curatif avec des risques d’effets secondaires graves. Je peux comprendre cela, toutefois il y a d’autres façons d’éviter les risques d’une trop grande consommation en la listant. De ce fait, elle ne peut être obtenue qu’avec une prescription médicale. Ce n’est pas le choix que vous avez fait. Alors que les médecins ont la liberté de prescrire vous leur avez interdit de prescrire l’hydroxychloroquine. Pouvez vous me dire ce qui justifie cette décision ? ».

« Quel est le coût généré par l’achat de masques en Chine avec le pont aérien sachant que la dernière usine française de production de masques qui était En côtes d Armor a fermé ses portes par manque de commandes alors qu’elle comptait encore 200 employés en 2017? ».

Retrouvez mes interventions en cliquant sur le lien ci-après :

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.9198238_5ee8dd36a9d6c.impact-gestion-et-consequences-de-l-epidemie-du-coronavirus-covid-19–m-jerome-salomon-directeur-16-juin-2020