Intervention 24/06/2020, Commission d’enquête Covid-19

C’était au tour de Didier Houssin, directeur général de la santé de 2005 à 2011 de répondre à mes questions le mercredi 24 juin 2020.

« Vous évoquiez dans Le Quotidien du pharmacien en avril dernier que « nous n’avons pas pu agir dans le long terme. Il n’a pas été possible de gérer les stocks constitués de FFP2 qui arrivaient à péremption ». Est ce qu’à travers la dénomination « il n’a pas été possible », vous évoquiez uniquement la ligne budgétaire consacrée à l’achat des masques qui n’a pu être mise en œuvre en raison des arbitrages du ministère survenus à la suite d’évènements inattendus auxquels il a fallu faire face ou y a y il d’autres raisons ?

« Concernant le changement de doctrine en 2013, celle-ci a longuement été évoquée comme étant la source du manque de masques ; n’était elle pourtant pas plus axée sur l’aspect qualitatif des masques plutôt que quantitatif. Un rapport de juin 2019 de Santé publique France rappelle que notre besoin était toujours d’un milliard de masques ; pourquoi ce rapport n a pas été suivi d effets? Les personnes atteintes du covid étaient pour une grande majorité atteintes également de maladies chroniques; elles ont été grandement consommatrices de médicaments; nous avons été pendant toute la durée de l épidémie au regard du nombre de personnes hospitalisées en grande tension tant concernant les médicaments anesthésiants que les médicaments liés à ces maladies chroniques. Est ce que ce risque de pénurie de médicaments avait été identifié préalablement?».

Retrouvez mon intervention en cliquant sur le lien ci :

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.9246134_5ef34c84c2728.impact-gestion-et-consequences-de-l-epidemie-de-coronavirus-covid-19–m-didier-houssin-ancien-di-24-juin-2020